L'interrégion Est


Le découpage en interrégions

La dimension des interrégions permet d’identifier des besoins suffisants pour justifier une offre de soins bien structurée avec un niveau d’activité permettant de garantir la qualité des soins. Ainsi chaque interrégion comprend entre 6 et 11 Millions d’habitants. Les limites de ces interrégions ont été définies* en fonction des possibilités d’accès aux soins, des ressources d’offres de soins (notamment de prise en charge des enfants), des flux de patients déjà observés pour ces activités et des partenariats et coopérations existants. Ont été pris en compte également les liens interrégionaux préexistants dans les domaines des urgences, de la formation ou de la recherche.

Arrêté du 24 janvier 2006 fixant les groupes de régions prévus à l'article L 6121-4 du code de la santé publique

 
Quelques indicateurs


L’interrégion Est est une interrégion vaste, qui s’étend sur 105 217 km2, avec de fortes distances entre les villes 
les plus éloignées : citons par exemple les 575 km qui séparent Nevers (région Bourgogne) de Strasbourg (région Alsace) ou bien encore les 419 km qui séparent Mâcon (extrême sud de la Bourgogne) de Reims (région Champagne-Ardenne). Ce qui explique que des liens existent également entre certaines régions et d’autre interrégions : la Champagne-Ardenne avec l’Ile de France, la Bourgogne et la Franche-Comté avec l’interrégion Sud-Est. 

L’interrégion Est comprend plus de 8,242 millions d’habitants, répartis de manière inégale entre les régions composant l’interrégion, la région la plus peuplée étant la Lorraine et celle la moins peuplée la Franche-Comté. Ce qui explique également de fortes disparités dans les densités de population : 51 habitants au km2 en Bourgogne contre 218 en Alsace, avec une densité moyenne de population de 78 habitants au km2 contre 112 au niveau national. Par rapport au niveau national, l’interrégion Est représentent 14% de la population française sur 19% du territoire. Si les moyens de communication sont bien développés entre les cinq capitales régionales (autoroutes, lignes TGV…), il n’en est pas forcément de même entre les villes importantes au sein de chaque région. Les conditions climatiques sont sensiblement les mêmes pour les cinq régions de l’Est. Cependant, concernant les cinq activités de soins concernées par le SIOS, les échanges sont largement facilités entre les établissements autorisés.

Concernant la structure démographique de l’interrégion Est, elle compte 93 724 naissances domiciliées en 2005 (12% des naissances françaises) contre 74 341 décès (13% des décès français), avec là encore de fortes disparités entre les régions : si la Franche-Comté enregistre le taux de natalité le plus fort (12,6), la Bourgogne enregistre le plus bas (10,5), cette même région enregistrant le taux de mortalité le plus fort (10,6), toutes les autres régions étant en dessous de 10 (7,6 en Alsace). Le taux de mortalité infantile varie quant à lui de 3,7 en Franche-Comté à 4,7 en Alsace. L’interrégion Est est une interrégion relativement « jeune », puisque sa part des moins de 6 ans représente 7,2% de la population totale (contre 7,5 au niveau France entière) et sa part des plus de 75 ans 7,9% de la population totale (8,2% au niveau France entière). En revanche, là encore, force est de constater de fortes disparités entre les régions, la région Bourgogne étant la plus « vieille » et l’Alsace la plus « jeune ». Notons également que l’indice de vieillissement varie de 57,5 en Alsace à 83,9 en Bourgogne, contre une moyenne Française de 65,9. Concernant les taux de mortalité prématurée, si l’Alsace enregistre de meilleurs résultats qu’au niveau national, il n’en est pas de même pour la Champagne-Ardenne qui présente les taux les plus élevés.

Source: Arrêté interrégion Est / 2008-01 portant schéma interrégional de l'organisation sanitaire de l'interrégion Est pour la période 2008-2013